Ce que vous ne saviez pas sur moi (épisode 1) : je fais de la moto

Tout d’abord, je tiens à apporter quelques petites précisions, car je vois déjà d’ici ces messieurs qui s’empresseront de le faire remarquer : Oui, il existe une nuance entre faire de la moto, et conduire une moto. Dire « je fais de la moto » et « je conduis une moto » n’est pas vraiment pareil. Alors, explications pour ceux et celles qui n’ont pas compris :

1/ Je conduis une moto : il n’y a plus rien à redire, tout est dit !

2/ Je fais de la moto : cela veut dire que je fais plus que conduire une moto uniquement pour mes déplacements quotidiens, ou occasionnels. Cela ne veut pourtant pas « forcément » dire que je fais de la compétition. Faire quelques tours de pistes de temps en temps sur un circuit et s’amuser à faire de belles trajectoires, ou faire un peu de « off-road » (pour les motos cross) de temps en temps, cela me permet de dire que oui, je suis une fille et je fais de la moto !

Mais comment diable une fille peut-elle se retrouver à faire de la moto ?!

Maintenant que les précisions ont été apportées, on va essayer de répondre à la question suivante : Mais comment diable une fille peut-elle se retrouver à faire de la moto ?! Alors dans mon cas, il s’agit d’une longue histoire qui a commencé depuis que j’étais toute petite. Mon père (c’est souvent le cas des femmes faisant de la moto) était motard, et il adorait m’emmener avec lui faire de petites balades. A la maison, il ne ratait aucune course (moto GP), il achetait pleins de Moto Magazines, il m’a également emmené assister à quelques courses au Mans… Tout cela pour dire j’ai grandi dans cet univers. Des fois, on allait aussi à Paris discuté avec les vendeurs de la Centrale du Casque ou chez Suzuki regarder les modèles.

Bien entendu, j’ai adoré la sensation procurée par la moto, j’ai fini par m’intéresser au domaine, et suivi les courses saison après saison tout comme lui. Au début, je faisais la tête quand il regardait les courses et occupait la télé. Mais j’ai fini par y prendre goût, un peu comme lorsque l’on a dû regarder une série télévisée que quelqu’un d’autre suit, et que vous avez fini par suivre vous aussi. Ceci dit, je n’ai jamais vraiment eu envie de courir ni de faire une carrière professionnelle là-dedans. J’aimais juste le « feeling », comme on dit.

J’ai une 600 Bandit ^^
bandit
C’est pas la mienne mais il lui ressemble. C’est la meilleure photo que j’ai pu trouver sur le net.

Plus grande, j’ai commencé avec un scooter, car j’avais déjà cette envie de liberté, et j’en avais aussi marre d’être comme un sac que l’on porte toujours à l’arrière (sans viser personne, bien sûr !). Puis, je suis finalement passée aux grosses cylindrées, quoique j’aie un peu galéré pour le permis. Bah oui, je suis une fille !! Je me suis donc tournée vers les choses plus sérieuses, et j’ai mis la main sur une 600 Bandit. Bien sûr, ce n’est pas une moto de compet, mais étant bercée dans le monde du GP depuis toute petite, Alice va se « lâcher » avec sa monture de temps en temps sur un circuit, pour apprécier le « feeling » !

Bref, il y a tant à dire concernant cette autre passion qui est la moto, une sensation indéfinissable mais tellement agréable (sauf pour la coiffure).

This entry was posted in My life.

Laisser un commentaire